Mieux vivre
Leave a comment

Les vertus oubliées du savon de Marseille

Savon de Marseille

Le savon de Marseille, produit nettoyant de nos grand-mères, a largement déserté nos foyers, remplacé par les gels-douche, lessives et autres détergents de synthèse. Aujourd’hui on ne sait souvent même plus ce que désigne l’appellation « savon de Marseille ». Pourtant ce fameux pain de savon, hypoallergénique, écologique et économique fait des merveilles et ne sert pas seulement à se laver les mains. Il est grand temps de réapprendre à s’en servir.

Qu’appelle-t’on « savon de Marseille » ?

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le savon de Marseille n’est pas une appellation d’origine contrôlée mais désigne un procédé de fabrication. Si au début du siècle dernier, la cité phocéenne possédait presque une centaine de savonneries et a donné son nom au célèbre savon, elle n’en compte aujourd’hui plus que 3 qui continuent à perpétrer la tradition. Le savon de Marseille est de nos jours majoritairement produit en Chine et en Turquie.

Le savon de Marseille traditionnel est brut, c’est à dire sans additifs, colorants ou parfums. Composé à 72% d’huile (uniquement végétale), on le reconnait à sa forme cubique, à ses inscriptions sur chacune de ses faces et à sa couleur vert-brun ou blanche. Sa version vert-brun est composée d’huile d’olive et d’huile de coprah et/ou de palme alors que la blanche est fabriquée à partir d’huile de palme, d’huile de coprah et/ou d’arachide. C’est de ce savon traditionnel que nous allons vous vanter les vertus.

Savon de Marseille brut à l'huile d'olive

Produit aux multiples usages

100% naturel, le savon de Marseille traditionnel convient aux peaux sensibles et intolérantes. Il est même recommandé pour la toilette des nourrissons. Biodégradable, il ne contamine pas les rivières et les océans, contrairement à nos gels-douche chimiques.

On peut s’en servir comme nettoyant visage/corps mais aussi pour laver le linge et comme produit d’entretien multi-usages. Il suffit de le raper en copeaux (ou de l’acheter directement sous cette forme) et de le mélanger à un peu d’eau chaude pour s’en servir pour laver le sol, les meubles et même la vaisselle. Dans son best-seller Zéro déchet, Bea Johnson, qui vise à vivre sans produire de déchets, explique que le savon de Marseille est l’un de ses produits phare pour le nettoyage.

Dilué avec de l’eau, le savon de Marseille peut également remplacer la mousse à raser, servir d’insecticide pour les plantes, désinfecter une plaie, nettoyer les cuirs, les pinceaux et les bijoux. Selon la croyance populaire, mettre un peu de savon de Marseille au fond du lit éviterait crampes et rhumatismes !

Recettes à base de savon de Marseille

Le savon de Marseille est idéal pour nettoyer le linge mais c’est encore mieux si on n’a pas à le laver à la main et qu’on peut verser notre lessive écologique à base de savon de Marseille directement dans le bac de notre machine à laver. De nombreuses recettes existent sur Internet, voici celle du site grands-mères.net, testée et approuvée par Modes de vie.

Ingrédients : 100 gr de copeaux fins de savon de Marseille, 3 c. à soupe de bicarbonate de soude, 7 gouttes d’huile essentielle de lavande ou d’arbre à thé (facultatif), 2 litres d’eau chaude et 1 litre d’eau froide.

  • Râpez le savon de Marseille, mettez les copeaux obtenus dans un sceau.
  • Faites chauffer 2 litres d’eau, versez dans le sceau et mélanger.
  • Incorporez le bicarbonate de soude, puis l’huile essentielle (facultatif) et mélanger à nouveau.
  • Laissez reposer pendant 24h (la lessive va se figer, c’est normal).
  • Rajoutez un litre d’eau froide et mélangez à l’aide d’un fouet (même manuel, ça marche très bien).
  • Versez la lessive ainsi obtenue dans un bidon à l’aide d’un entonnoir.
  • Votre lessive maison est prête à l’emploi.

Vous trouverez facilement d’autres recettes à base de savon de Marseille sur Internet, que ce soit pour réaliser votre liquide vaisselle ou encore votre shampoing maison. Toutes ces recettes ont l’avantage d’être économiques et de contribuer à préserver l’environnement.