C'est tabou, Coup de coeur
Leave a comment

Pourquoi les Français sont fâchés avec l’anglais

Where is Bryan ? Les Français fâchés avec l'anglais.

EF Education First, société spécialisée dans la formation linguistique, vient de publier sa cinquième édition du classement des pays selon leur niveau d’anglais, élaboré d’après les résultats de tests de 910,000 individus. La France, 37ème sur les 70 pays étudiés, est le mauvais élève de l’Union européenne, loin derrière tous ses voisins.

Maîtrise de l’anglais : un constat préoccupant

La carte parle d’elle-même :

Carte de l'Europe classée par niveau d'anglais - Source : EF Education First

Carte de l’Europe classée par niveau d’anglais – Source : EF Education First

La majorité des pays de l’Union européenne possèdent un niveau d’anglais élevé ou très élevé (respectivement en vert foncé et en bleu sur la carte). La Suède arrive en tête du classement mondial, suivi des Pays-Bas et du Danemark. Parmi les pays d’Europe de l’Ouest, 3 pays sortent du lot : l’Italie et l’Espagne avec un niveau moyen (en vert clair sur la carte) et enfin la France, classée entre le Chili et l’Équateur, bonne dernière avec un niveau faible (en jaune sur la carte), seul pays de l’UE à faire partie de cette catégorie.

EF Education First précise que « malheureusement, rien ne laisse présager que la France s’améliorera dans un proche avenir » étant donné que « les jeunes diplômés français et les adultes français plus âgés ont un niveau d’anglais équivalent ».

Le rapport souligne qu’alors que l’Union Européenne promeut explicitement le « plurilinguisme et l’éducation interculturelle » dans tous ses états membres, la France, « que ce soit dû à une aversion culturelle pour l’anglais ou une incapacité à réformer son système d’éducation, (…) est sur une trajectoire différente de ses voisins ».

La nécessité de réformes

L’anglais, 1ère langue internationale, est perçue par de nombreux pays comme un catalyseur pour le développement et les échanges et non comme une menace envers la culture nationale.

Dans cette optique, plusieurs pays, en Amérique Latine notamment, ont mis en place des réformes éducatives qui portent leurs fruits puisque les jeunes y ont à présent un niveau plus élevé que les autres générations. Le Chili a ainsi recruté et formé depuis 2003 plus de 2000 professeurs d’anglais étrangers volontaires et a mis en place des camps d’immersion complète en langue anglaise.

Plus près de chez nous, l’Espagne a vu son niveau d’anglais augmenter substantiellement du fait d’initiatives majeures du gouvernement dans l’enseignement bilingue et les échanges linguistiques. L’Espagne a ainsi lancé en 2004 à titre expérimental une éducation bilingue à grande échelle dans les écoles primaires et secondaires.

Plus globalement, le rapport préconise de mettre l’accent sur l’aisance à s’exprimer et la compréhension orale, surtout pour les débutants et de ne pas attacher trop d’importance à l’accent. L’application pratique est indispensable pour une bonne maîtrise de l’anglais et il a été prouvé que les méthodes pédagogiques qui insistent sur la mémorisation plus que sur la communication sont inefficaces. Enfin, EF Education First recommande d’investir dans la technologie et les outils d’apprentissage en ligne, notamment pour les adultes qui peuvent se former sur leur temps libre par le bais de MOOCs (formations ouvertes à distance).

C’est en pratiquant qu’on apprend

Les Français préfèrent souvent se taire que de s’exprimer en anglais en faisant quelques erreurs, quand ils n’ont pas honte de leur accent, pourtant perçu comme « charmant » par le reste du monde. La raison à cela : une certaine timidité à l’oral héritée de notre système éducatif qui ne tolère pas la moindre erreur de syntaxe ou de liaison et n’encourage pas la prise de parole, mais aussi la propension de nos compatriotes à se moquer de l’anglais des uns et des autres. Le Président de la République n’est pas épargné (voir vidéo ci-dessous).

L’hexagone est également un des rares pays à doubler tous les films et séries en langue étrangère. L’option en version originale avec sous-titres en français existe depuis quelques années maintenant mais si elle permet de se familiariser avec la langue de Shakespeare, sa portée est limitée du fait que l’on finit par lire plus qu’à écouter les dialogues. À l’heure actuelle, seul Netflix propose la possibilité de visionner des films en VO sans sous-titres ou avec des sous-titres en anglais. Toute langue étrangère s’apprenant par la répétition, rien de tel que de regarder sa série préférée en boucle, d’abord avec les sous-titres en français, puis les sous-titres en anglais pour finir sans sous-titres du tout.

Et enfin, une petite escapade de l’autre coté de la Manche est idéale pour se lancer ou se perfectionner. Il est en effet plus facile de se jeter à l’eau dans un pays anglophone où on n’a d’autre choix que de s’exprimer en anglais. Sans oublier que l’accent français fait des ravages !