Tous les articles tagués : états-unis

Militants pro-armes, Austin, Texas

Open carry et cowboys modernes au Texas

Depuis le 1er janvier dernier, les habitants du Texas aux États-Unis sont autorisés à porter leurs armes non-dissimulées, au vu et au su de tous (open carry). Ne soyez donc pas surpris ou effrayé si, de visite dans cet État de 27 millions d’habitants, vous croisez un Texan le pistolet à la ceinture ou le fusil à l’épaule dans la rue, au supermarché ou encore au café du coin. C’est parfaitement légal.

Sue Klebold et son fils Dylan Klebold, co-auteur de la fusillade du lycée de Columbine en 1999.

Columbine : la mère d’un tueur brise le silence

Le 20 avril 1999, Eric Harris et Dylan Klebold entrent lourdement armés dans le lycée de Columbine, dans l’État du Colorado aux États-Unis. En moins d’une heure, ils tuent 12 étudiants, 1 professeur et blessent 24 autres personnes avant de mettre fin à leurs jours. Presque 17 ans après les faits, Sue Klebold, la mère de Dylan, revient sur la tragédie dans un livre : « A Mother’s Reckoning: Living in the aftermath of the Columbine tragedy ». Comment son fils, l’adolescent prometteur qu’elle a élevé avec amour a-t-il pu commettre une horreur pareille ? Comment en tant que mère, n’a-t-elle pas su déceler que quelque chose clochait ? Qu’aurait-elle pu faire autrement ?

À travers son récit, Sue Klebold n’a pas pour ambition de se dédouaner mais espère pouvoir aider des familles à reconnaitre ce qui lui a échappé : la détresse de son enfant. À une époque où les tueries de masse commises par des jeunes gens se multiplient, son témoignage offre un éclairage inédit et nous laisse avec le sentiment troublant que ça n’arrive pas qu’aux autres.






Armes à feu : pratique du tir en famille aux États-Unis

Armes à feu aux U.S.A. : le prix de la culture

Plus d’Américains sont morts par balle aux États-Unis depuis 1970 que sur les champs de bataille de toutes les guerres de l’histoire américaine : 1,45 millions contre 1,4 millions. Le nombre de morts par armes à feu, qui englobe les suicides, les meurtres et les accidents, s’élève actuellement à environ 92 par jour.

À chaque nouvelle tuerie de masse qui défraye la chronique, le débat est relancé entre « pro » et « anti » armes à feu. D’un coté, on soutient que la faute incombe au tireur, non au flingue et que « le seul moyen d’arrêter un méchant avec une arme, c’est un gentil avec une arme » (Wayne Lapierre). De l’autre, on rappelle qu’il n’y a pas de massacre à coups de couteau et qu’une meilleure régulation s’impose.

Mais les discussions sans fin entre les deux camps portent principalement sur des degrés de modification des lois en vigueur : pour ou contre le bannissement des fusils d’assaut ? la généralisation de la vérification des antécédents avant toute vente ? Rarement on entend dans le débat public des propositions visant à réformer le principe même du port d’armes à feu aux États-Unis, ancré profondément dans la culture américaine.






Michelle Duggar, entourée de ses enfants et de son mari, Jim Bob, après la naissance de leur 17ème enfant. Crédits : AP Photo/ Beth Hall

Quiverfull : le mouvement chrétien qui scandalise l’Amérique

Des familles qui prônent un retour aux valeurs chrétiennes traditionnelles dans une optique rigoriste et anti-féministe : pas d’avortement ni de planification familiale, des femmes au foyer qui doivent obéir à leur mari et mettre au monde autant d’enfants que possible, des filles élevées dans l’idée que si elles sont violées, ce sera de leur faute. Bienvenue dans l’univers des Quiverfull, chrétiens évangéliques ultra-conservateurs. On estime qu’une dizaine de milliers de familles vivent selon ces préceptes, majoritairement aux États-Unis.