Tendances
Leave a comment

Technologie : comment nos vies pourraient changer en 2016 (2/2)

Prédictions Nesta pour l'année 2016 - Source Nesta - http://www.nesta.org.uk

Prédictions Nesta pour l’année 2016 – Source Nesta – http://www.nesta.org.uk

Suite de l’article Technologie : comment nos vies pourraient changer en 2016 (1/2)

L’open source ou l’innovation collaborative

Vous lisez en ce moment-même cet article sur un site Internet qui utilise le CMS (gestion de contenu) WordPress, auquel vous avez éventuellement accédé depuis le navigateur web Firefox, et ce depuis le système d’exploitation Linux de votre ordinateur. Vous allez peut-être ensuite lire vos emails sur Thunderbird, rédiger un document sur OpenOffice ou encore regarder un film sur VLC. Le point commun de WordPress, Firefox, Linux, Thunderbird, OpenOffice et VLC, vous l’aurez compris, c’est d’être des logiciels open-source, c’est à dire dont le code source, public, peut être utilisé, modifié et redistribué librement, par quiconque.

L’idée derrière ce concept est d’encourager l’innovation collaborative qui profite à toute la communauté des programmeurs. C’est une aubaine pour les utilisateurs finaux qui ont à leur disposition des outils faciles d’accès et gratuits ou à moindre coût (puisqu’il faut parfois recourir à des prestataires pour l’installation et la maintenance de certains logiciels open source). WordPress qui a été lancé en 2003 comme une évolution (fork) du logiciel b2 est maintenant utilisé par 25% des sites web dans le monde (contre 13% en 2011). Les exemples qui illustrent la montée en puissance de l’open source ne manquent pas et ne se limitent plus aux seuls logiciels : une culture du partage libre des données est née.

Logiciel open source versus logiciel propriétaire - Source : BBC UK

Logiciel open source versus logiciel propriétaire – Source : BBC UK

Cette culture imprègne aujourd’hui des secteurs aussi variés que l’éducation, la recherche médicale ou encore l’industrie. Le constructeur japonais Toyota a ainsi placé les brevets de sa voiture à hydrogène en open source,  dans le but de favoriser l’essor de voitures fonctionnant avec ce carburant écologique et a fortiori le développement de stations de recharge. Des initiatives de ce type devraient se multiplier cette année, jusqu’à devenir la norme.

Des maisons de plus en plus connectées en 2016

Mark Zuckerberg a déclaré que sa résolution pour l’année 2016 sera de développer un système d’intelligence artificielle pour sa maison, comparable à celui imaginé par Tony Stark dans Iron Man. Capable de comprendre sa voix et de gérer l’éclairage, la température ou encore la musique, ce majordome virtuel devrait aussi pouvoir reconnaitre ses amis et les laisser entrer, surveiller toute activité anormale dans la chambre de sa fille et l’aider à visualiser des données en réalité virtuelle. Les ambitions du patron de Facebook confirment l’essor de la domotique, appelée également maison intelligente ou maison connectée.

Maison connectée

Les solutions existantes permettent déjà d’automatiser de nombreuses tâches telles que l’ouverture et la fermeture des volets ou l’arrosage du jardin mais aussi de contrôler sa maison à distance, depuis son smartphone : il est ainsi possible entre autres de réguler la température intérieure, préchauffer son four et d’être notifié en cas de fuite d’eau, de début d’incendie ou d’intrusion. Les gains sont multiples : économie d’énergie, gain de temps et surtout sécurité. 

« Le concept de maison qui brûle appartiendra au passé »

explique Serge Darrieumerlou, PDG du spécialiste de domotique Somfy.

Jusqu’alors réservée aux plus aisés et/ou aux mordus de technologie, la maison connectée est en passe de se démocratiser. S’il faut encore compter 3000 / 4000 euros pour un système complet avec installation comprise, on peut désormais se procurer un système classique dès 500 euros. Les prix vont continuer à baisser en 2016 et le secteur devrait décoller. Selon ABI Research, le marché de la « smart home » représentera 50 milliards de dollars en 2020, soit 10 fois plus qu’en 2015.

Rendez-vous à la fin de l’année 2016 pour savoir si ces prognostics se sont avérés justes…