Ailleurs
Leave a comment

Tanzanie : l’enfer des albinos

Femme avec son enfant albinos - Tanzanie

Les élections présidentielles à un tour qui se sont déroulées hier en Tanzanie ont coïncidé avec une recrudescence des attaques envers les albinos du pays. Réputés magiques, leurs membres et organes sont utilisés par des « sorciers » pour fabriquer potions et grigris qui portent chance, particulièrement prisés en période électorale. La dernière agression en date remonte à la nuit de mercredi à jeudi dernier : un homme albinos de 35 ans a été attaqué à coups de machette à son domicile de Dar es Salaam. Il est parvenu à mettre en fuite ses assaillants qui ont tenté de lui arracher ses parties génitales. 5 attaques visant des albinos ont été reportées depuis le lancement de la campagne présidentielle, en août dernier.

1 Tanzanien sur 1400 est albinos

L’albinisme est une particularité génétique héréditaire universelle, qui touche des personnes dans le monde entier mais aussi de nombreuses espèces animales et qui se caractérise par un déficit de production de mélanine, voire par son absence totale dans l’iris, la peau, les poils et les cheveux. On reconnait généralement les albinos à leur peau blanche ainsi qu’à leurs yeux et cheveux clairs. Cette particularité prédispose à développer des problèmes oculaires et des cancers de la peau. Un enfant nait albinos uniquement si ses deux parents sont porteurs du gène. Dans le monde, on dénombre environ 1 cas pour 20,000 naissances, soit près de 0,005% de la population. Mais dans certaines régions du globe, la proportion d’albinos est plus importante : en Tanzanie, on en répertorie 1 sur 1400.

Persécutions liées aux superstitions

Les albinos sont victimes de discriminations et d’attaques dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, notamment en République démocratique du Congo, au Zimbabwe, au Malawi, au Burundi et en Tanzanie (liste non-exhaustive). Dans ce dernier pays, leur sort est particulièrement sombre puisque d’après un rapport des Nations Unies, 76 albinos y ont été tués ou mutilés depuis 2006, principalement dans la région des lacs du nord-ouest.

De nombreux mythes sont associés aux albinos :

« A travers l’Afrique, les gens souffrant d’albinisme ont toujours été stigmatisés ou, à l’inverse, considérés comme des figures divines »

rapporte Giorgio Brocco, doctorant de l’Institut d’Ethnologie de l’Université libre de Berlin. Ainsi selon certains, les albinos seraient des fantômes qui porteraient malchance, pour d’autres les potions réalisées à partir de leurs organes ou de leurs membres apporteraient richesse, postérité et possèderaient des vertus guérisseuses. Détail sordide : les parties amputées auraient plus de pouvoir si la victime crie pendant l’amputation. Selon d’autres croyances, avoir des rapports sexuels avec une femme albinos guérirait du VIH, ce qui a conduit à des viols et contaminations dans plusieurs pays d’Afrique.

D’après le Pew Research Center, plus de 60% des Tanzaniens croient en la sorcellerie et un corps d’albinos se vendrait 75,000 dollars, un membre 600 dollars environ.

Mobilisation nationale et internationale

Les mentalités évoluent et en 2009, 7 hommes ont été condamnés à mort en Tanzanie pour le meurtre d’albinos. En janvier 2015, le pays a officiellement interdit la sorcellerie et a arrêté plus de 200 « sorciers » dans le but de mettre fin aux meurtres et aux mutilations d’albinos. Le 13 juin 2015 a eu lieu la première journée mondiale de l’albinisme, initiée en partie par le gouvernement tanzanien, visant à sensibiliser l’opinion et à lutter contre le rejet dont est victime cette minorité.

L’ONG canadienne « Under the same sun » (Sous le même soleil), également instigatrice de cette journée vient en aide aux personnes albinos et a permis récemment à plusieurs enfants tanzaniens mutilés de recevoir des prothèses aux États-Unis.

Un enfant tanzanien albinos mutilé est équipé d'une prothèse à New-York. Crédits : Carlo Allegri pour Reuters

Un enfant tanzanien albinos mutilé est équipé d’une prothèse à New-York. Crédits : Carlo Allegri pour Reuters

Samedi dernier, un défilé composé uniquement d’albinos a été organisé à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo par le réalisateur Yan Mambo, lui-même albinos, afin de lutter contre les discriminations. Plusieurs marques commencent à utiliser des mannequins albinos pour leur promotion, c’est le cas de Vichy qui a choisi la Sud-africaine Thando Hopa comme égérie pour sa gamme de produits solaires depuis 2014.

Thando Hopa, mannequin albinos

Thando Hopa, mannequin albinos

La jeune femme, juriste, a accepté de se lancer dans le mannequinat afin de changer les regards sur l’albinisme. Espérons que la médiatisation de ces initiatives contribuent à améliorer le quotidien de milliers d’albinos en Afrique qui vivent dans la peur.